Lettre ouverte d’une militante antifa au Rojava

414 0
Militant-es antifascistes, nous sommes venu-es au Rojava. 
Nous sommes né-es, nous avons grandi en Europe. Nous nous sommes posé-es des questions. Celles qu’on se pose tou-tes. Qu’est ce que je fais ici, quelle est cette société dans laquelle je vis. Nous avons été socialisé-es, nous avons été à l’école. Nous avons suivi-es, pour un temps, le parcours qui est celui déterminé par notre environnement. Un jour, nous avons tout interrogé. Qu’est ce qui nous fait vivre, pourquoi tenir dans une société aussi inégalitaire, injuste. Nous avons ressenti, la colère et la rage qui envahissent nos coeurs. Nous avons vécu, la précarité, l’exclusion des marginaux, la répression des mouvement sociaux.
Nous avons décidé de nous organiser. Anarchistes, autonomes, communistes, on est tou-tes passés par une ou plusieurs organisations. Nous avons vécu la ZAD, les morts de la police et des fascistes. Nous avons tou-tes développé des initiatives sociales, ouvert des lieux, résisté. On s’est tou-tes retrouvé sous le mot d’ordre des luttes antifascites. On a trouvé par tout ces moyens, une issue à la vie. Par des chemins différents on s’est intéressé à ce que c’était, qu’être internationalistes. Notre histoire, celle de la lutte antifasciste, anti-impérialiste, féministe, ne s’arrête pas à nos frontières. On a compris que notre génération, c’était celle du Rojava. Ce territoire enclavé dans lequel, toute une société de femmes et d’hommes se sont levés pour se défendre par euxmême et construire sans attendre leur utopie : le confédéralisme démocratique. Un-e par un-e on a fait le choix de faire le voyage. Pour apprendre, pour se battre, pour voir de ses/nos propres yeux ce soulèvement. Ce temps dans notre histoire collective est totalement connecté aux valeurs et aux luttes qu’on défend. 
Un jour, nous sommes parti-es. Arrivé-es au Rojava, nous venons de continents différents, de pays et de cultures qui n’étaient pas forcément censées se croiser. Pourtant, nous avons trouver un moyen et une unité. Un cadre de vie pour apprendre ensemble ce que c’est, cette révolution en cours. On travaille dans la société, dans l’autodéfense, avec le mouvement des femmes, on apprend surtout, sur comment apprendre à s’organiser ensemble. 
Aujourd’hui, toute la société se trouve sous le poid d’une menace écrastante. Celle de la Turquie d’abord, qui menace très prochainement d’envahir le Rojava. En commençant par pénétrer le territoire, en avancant en première ligne des milices djihadistes pour ensuite détruire chaque force et chaque partie de la société. Le régime de Bachar El Assad ensuite, qui n’est pas en reste et a toujours voulu récupérer le contrôle sur ce territoire. Aussi, les forces de la coalition soutiennent leurs intérêts impérialistes dans la région et vendent les armes qui permettent ici de perpétrer des massacres. On nous présente le MoyenOrient comme un bazar total, un endroit incivilisé. Pourtant, le chaos, les guerres et les crises sont organisées au mépris de ceux qui vivent et construisent des communes. Cela se fera toujours dans l’indifférence de notre monde. Pourtant, nous comptons sur vous tous pour vous informer et pouvoir discuter partout, faire des actions, prendre de nos nouvelles. Chacun de vos mots sur les murs, chaque banderole a une résonnance jusqu’à nos existences. Un appel à chacun de vous a été lancé par la campagne riseup4rojava. Antifascistes, nous avons tou-tes à voir avec ce qui se passe ici.
Ce qui est visé, ce sont non seulement les ressources de la région, mais c’est aussi et surtout l’expérience politique d’autoorganisation qui se passe dans la région. C’est bien face au fascisme que nous luttons ici. Dans ce contexte là notre lutte fait tout à fait sens avec ce que vous continuez de traverser en Europe.
Nous avons des noms et des histoires. Nos coeurs sont brûlants et si vivants. Nous pensons à vous sûrement très souvent. Nous reviendrons un jour, pour unir nos luttes. En attendant, prenons contact, apprenons à nous connaître sans attendre.
Groupe et organisations politiques vous pouvez contacter la campagne riseup4rojava