Un pionnier du nouvel internationalisme – En mémoire de Şehîd Kasim Engin

1169 0

Hier, le Comité central du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) a annoncé publiquement la mort de Kasim Engin. Membre du Comité central du parti. Şehîd Kasim Engin a été martyrisé à la suite d’une attaque aérienne sur les zones de guérilla dans la région de Bradost, au Kurdistan du Sud, ce 27 mai 2020.

Nous, en tant que Commune internationaliste du Rojava, souhaitons commémorer Şehîd Kasim avec quelques mots sur sa vie, son approche et sa pratique au sein du mouvement pour la liberté. Nous voyons en lui un pionnier exemplaire de la lutte internationaliste et nous continuerons la révolution en honneur à sa mémoire et jusqu’à la victoire.

Şehîd Kasim a fait connaissance avec le mouvement kurde au sein de sa famille qui était en contact avec le PKK depuis sa fondation en 1978. Depuis 1985, il a activement participé aux travaux du mouvement en Europe, et en 1989, il a décidé de rejoindre les rangs du PKK pour devenir un révolutionnaire professionnel. Dans le cadre du travail révolutionnaire, il a organisé la communauté kurde dans la diaspora et a assumé de grandes responsabilités, en particulier dans les domaines de la jeunesse, de la culture et de la diplomatie. En Allemagne, il a également joué un rôle majeur dans la production et la distribution du « Kurdistan Report », contribuant ainsi à faire connaître la lutte pour la liberté et l’émergence du mouvement de solidarité. Il a décrit comme suit l’importance du « Kurdistan Report », qui va au-delà d’un “simple” magazine d’information

“[…] [« Kurdistan Report » est très important à deux égards ; d’une part, pour rapprocher la réalité kurde, la situation sociale et le territoire de la société allemande en Allemagne et dans les régions germanophones, et d’autre part, pour nous – qui avons été contraints de vivre loin de chez nous – afin d’acquérir des connaissances sur notre propre réalité, de nous forger une identité et de devenir ainsi des compagnons d’armes dans la lutte pour la liberté. Il est possible que ce qui y a été dit ne s’applique pas aux autres peuples de la terre. Mais pour ceux dont la langue, comme la nôtre, est interdite, dont l’espace de vie et l’identité sont niés et qui n’ont pas la possibilité de laisser une empreinte sur leur propre terre… il est très important que la connaissance de sa propre identité puisse être acquise dans des lieux éloignés. […] En bref, le « Kurdistan Report » n’est pas un simple magazine. Ce n’est pas non plus une simple série d’articles qui sont distribués à certains jeunes pour qu’ils les lisent. Sur le plan interpersonnel et individuel, le « Kurdistan Report » n’estt pas seulement le nom du lien avec les groupes de gauche, socialistes, féministes, démocratiques, antifascistes, anarchistes et autres groupes de croyance, mais il est le lien lui-même. […]”

Son approche sérieuse et responsable des œuvres révolutionnaires ainsi que la proximité et l’amour du peuple sont la raison pour laquelle Şehîd Kasim a réussi à combiner des luttes communes. Grâce à sa personnalité humble, positive et vivante, il a gagné la confiance du peuple et a renforcé le moral de tous ses camarades. Tous ceux qui ont eu la chance de le rencontrer, même pour une courte période, l’appréciaient et l’aimaient beaucoup.

Pour nous, en tant que Commune Internationaliste du Rojava, Şehîd Kasim représente l’esprit des jeunesse révolutionnaire, il est l’un des créateurs du nouvel internationalisme. Avec son approche pratique et ouverte, il a jeté les bases de notre pratique actuelle dès les années 1980 et a apporté une contribution inestimable à la propagation de la révolution.

Pour mieux comprendre la réalité du peuple kurde, Şehîd Kasim s’est rendu à l’Académie Mahsum-Korkmaz au Liban en 1990. Il y a également rencontré Abdullah Öcalan et a étudié en profondeur l’histoire du Kurdistan, la philosophie et les valeurs du mouvement. Sans interruption et de toutes ses forces, il a travaillé inlassablement pour un avenir en liberté.

L’approche et la pratique d’Abdullah Öcalan, qui consiste à consacrer chaque seconde à la libération tout en travaillant sur soi-même et sur ses camarades, tout en étant toujours là pour les autres, ont toujours été un exemple pour lui. Şehîd Kasim Engin a toujours essayé de se recréer et a donné vie à l’idéologie de la libération des femmes dans son approche bienveillante des hevals avec lesquels il travaillait. Il était clair pour lui que la victoire de la révolution des femmes était indispensable pour le succès de la révolution, et donc aussi pour la libération des hommes. Cette attaque ciblée contre un autre cadre dirigeant du mouvement s’inscrit dans la lignée des attaques de ces deux dernièrs années, de Şehîd Mam Zekî Şengalî, en passant par les camarades du comité diplomatique du KCK, ainsi que de Şehîd Helmet l’année dernière, et ne peut être considérée séparément des événements politiques actuels.

Alors que les ennemis de la révolution – en premier lieu les États-Unis d’Amérique, et l’OTAN – font tout ce qu’ils peuvent pour retirer de la révolution du Rojava la ligne révolutionnaire Apoïste, pour la liquider politiquement. En essayant d’établir, au nord Kurdistan des « alternatives » à la lutte armé contre le fascisme dans le cadre de la politique « légale », dans le même temps ils visent avec des bombardements coordonnées le centre révolutionnaire et le cerveau du mouvement.

Par l’isolement accru contre la direction du Mouvement de la Liberté, en la personne d’Abdullah Öcalan, et les attaques sournoises et lâches contre la direction executive du KCK, il vise à décapiter le mouvement et le désorienté afin que la révolution au Moyen-Orient puisse être neutralisée par des attaques politico-idéologiques, économiques et militaires. Ce type d’attaques n’est pas seulement l’œuvre de l’État fasciste turc, mais le produit d’une coopération directe entre les puissances impérialistes. Les États-Unis, le MIT, et les collaborateurs locaux comme les services secrets du PDK, Parastin, et doivent donc être considéré comme faisant partie de la conspiration internationale en cours.

Şehîd Kasim a appelé à l’action contre la conspiration internationale en cours, non seulement pour la forme, mais aussi pour “prendre ouvertement position contre ceux qui font cause commune avec les forces coloniales et qui agissent pour leurs intérêts”. Les mots de Şehîd Kasim sont aussi un appel aux mouvements de résistances mondiales pour défendre et porter la révolution au Moyen-Orient, du Rojava aux montagnes libérées du Kurdistan, dans le monde. Il est nécessaire d’adopter l’espoir, les valeurs, les méthodes et la pratique du mouvement pour la liberté, et sur cette base, de mener de manière responsable à son but la lutte de Şehîd Kasim pour un avenir libre.

Nous écrivons ces lignes parce que nous pensons qu’il est important que tous les camarades soient capables de classer correctement, d’évaluer stratégiquement et de répondre aux événements actuels. Lorsque les ennemis de la révolution tentent d’éteindre le feu de la révolution au Moyen-Orient, il devient notre tâche de porter cette flamme partout. Contre la conspiration internationale et l’unité des dirigeants impérialistes du monde, notre réponse ne peut être que de renforcer les luttes révolutionnaires unies. Dans ce sens, il nous faut créer deux, trois, une infinité de Rojava. En mémoire de Şehîd Kasim et de tous les martyrs de la révolution mondiale, nous mènerons la lutte jusqu’à la victoire.

La révolution au Moyen-Orient vaincra – le fascisme moribond sera écrasé.

Commune internationaliste de Rojava, 9 juin 2020