A la mémoire de l’internationaliste Kevin Jochim (Dilsoz Bahar)

Á travers le kurdistan et le Moyen-Orient, et finalement, autour du monde.

Ronahî

“Tout le monde peut faire partie de la révolution au Rojava. Bien sûr, si tu es une personne qui se dresse pour la démocratie, l’égalité, la justice et la liberté. Ces valeurs sont la base de la révolution au Rojava, des valeurs humaines qui ont été perdues avec 5 000 années d’histoire. Lorsqu’on regarde le système de modernité capitaliste, l’essence de l’être humain s’est perdue. La révolution au Rojava est une renaissance des valeurs humaines. C’est la renaissance des valeurs démocratique, de justice, de liberté et d’égalité. Nous recréons ces valeurs et leur rendons leur humanité. C’est un exemple pour le monde entier.“ [1]

Cinq années sont passées depuis que nous avons perdu le révolutionnaire Allemand Kevin Jochim, qui avait pris le nom de Dilsoz Bahar au Kurdistan. Cinq années que la révolution est portée en avant, plus profondément et largement. Cinq années pendant lesquelles de grandes batailles ont été menées et des milliers de personnes de valeurs se sont sacrifiées pour la défense de l’humanité au Kurdistan. J’imagine aisément que ces développements auraient remplis notre ami Dilsoz Bahar d’excitation. Je l’imagine tout excité en train de me parler du développement de la révolution.

Dilsoz Bahar a grandi en même temps que la révolution avançait. Il était uni avec la révolution au Kurdistan, comme s’il avait pris part à l’évolution d’une plante ou d’un arbre. Et c’est avec une dévotion naturelle, des efforts et de la bienveillance, qu’il a observé les développements partout dans le Kurdistan, rapporté ses observations et en même temps était tout aussi dévoué à ses propres tâches révolutionnaires. Dans ce sens, Dilsoz Bahar, avait une vaste et complexe compréhension du processus révolutionnaire au Moyen-Orient, il a développé une personnalité qui a fait de lui un acteur fier et sérieux de ce processus. Une personnalité pour laquelle les actions découlent d’une réflexion.
Si, depuis l’Europe, on lui avait demandé pourquoi il a rejoint le mouvement armé pour la liberté dans le Moyen Orient, il aurait expliqué ses décisions dans le contexte de l’actuelle “Troisième Guerre Mondiale“ : En Europe, largement ignorée et refoulée, nous sommes actuellement dans une Troisième Guerre Mondiale qui n’a pas de différence dans son ampleur avec les guerres mondiales précédentes. Le centre de cette troisième guerre mondiale est le Moyen Orient, elle est concentrée sur le Kurdistan. Les acteurs impliqués dans cette guerre mondiale tentent de contrôler de vastes zones de la région et de les gouverner selon leurs idéologies et visions du monde respectives. Il a expliqué : « Je suis un jeune politisé et je ne ferme pas les yeux sur les développements dans le monde. Dès que je suis devenu conscient de l’importance du rôle du mouvement pour la liberation du peuple Kurde, j’ai décidé de prendre part a la lutte. »

Dilsoz Bahar a vécu et combattu en pleine conscience. Chaque secondes de sa vie, il a essayé de faire partie de mouvement pour des valeurs humaines : liberté, démocratie, justice et égalité. Si tu passais quelques minutes avec lui, tu étais rempli de cette énergie qui le guidait. Si tu partageais une conversation avec lui, il te faisait prendre part à ses espoirs et te fascinait par ses convictions. Comme d’autres l’ont dit à propos de lui, ce que tu imagines qu’une personne peut créer ou accomplir grandit en le rencontrant : il a rempli toutes les tâches qu’on lui a demandées avec clairvoyance, il a surmonté les obstacles rapidement et avec beaucoup de dynamisme. Ses efforts étaient évidents au vue des responsabilités qui l’incombaient à un si jeune âge. Après qu’on lui ai rapidement donné la responsabilité d’une unité dans les montagnes, il était en charge de la logistique radio pour toute une zone de guérilla. Au Rojava, il a combattu contre l’Etat Islamique, il lui a été donné la responsabilité d’une unité entière de volontaires internationalistes.

Au fond de moi, mon ami Dilsoz Bahar a renforcé ma croyance dans la force collective et le mouvement. Quand une personne, en si peu de temps, développe autant de capacités, déploie son pouvoir et son potentiel, c’est ça, la liberté. C’est cette liberté qui est si précieuse et qui s’obtient via de grand sacrifices, une valeur qui a plus d’importance que n’importe quel mot. C’est un sentiment qui vous remplit. C’est tendre et fort à la fois, comme une plante ou un arbre dont tu ferais partie. C’est une valeur que tu renforces par ta manière de vivre à chaque respirations. La certitude que ce que tu crées vivra encore après ta mort.

Nous rendons hommage à notre précieux ami Dilsoz Bahar, et ressentons un grand respect pour les efforts qu’il a fournis dans la révolution. Son approche et sa façon de remplir sa vie est un exemple pour nous et cet exemple nous accompagne lors notre chemin vers la révolution – en faisant cela, nous veillons à toujours nous surpasser, à nous renouveler, pour que nous puissions faire revivre en nous, les valeurs que nous voulons opposer à la noirceur et au vide de notre temps.

[1] D’une interview avec Dilsoz Bahar, en printemps 2015 au Rojava https://www.youtube.com/watch?v=OWSqrrZEHIk